Je me trouve à l’autre bout du monde, pourtant je n'ai pas changé de pays. La même monnaie, les mêmes timbres. Je vais en profiter pour envoyer une carte postale chez moi, elle va voyager a mari usque ad mare. C’est presque la même distance entre Montréal et l’Ouest canadien qu’entre Montréal et Paris. 

Je pars à la découverte de Vancouver. J’emprunte un vélo à l’un des stands de location de type Bixi disséminés dans la ville. Ils fournissent même les casques. Sur la piste cyclable, du coin de l'œil je remarque une masse de nuages sombres à l’horizon. La menace d’une pluie d’été qui en vingt minutes aura emprisonné le soleil pour déverser sa fureur. Mais rien ne bouge. La masse demeure immobile. Je regarde plus attentivement l’horizon entre les gratte-ciels. Cette masse n’est pas faite de nuages, mais bien de montagnes ! D’immenses sommets au loin qui tentent de rejoindre le ciel, riant au passage de la petitesse des humains qui vivent à leurs pieds. À Montréal, il y a une montagne (il faut le dire vite) au cœur de la ville. À Vancouver, il y a une ville au cœur des montagnes.

Voyages-Traditours-Circuits-Canada-Vancouver

Je m’arrête à un feu rouge destiné aux vélos. C’est le premier feu rouge que j’attrape. Tous les autres feux étaient coordonnés avec moi. On dit qu’à Vancouver, on se rend plus rapidement au travail à vélo qu’en auto. J’en profite pour contempler de nouveau la chaîne de montagnes à l’horizon. La nature qui englobe la ville lui donne une aura de beauté et de sérénité. Cette liberté de savoir qu’on pourrait partir des jours et des jours loin de toute civilisation. 

Un pont me mène à la petite île de Granville. Si au début des années 1900 on y trouvait principalement des usines, tous les entrepôts ont été réhabilités en marché public coloré, boutiques artisanales et autres distilleries. Une microbrasserie y concocte d’excellentes bières. C’est mon excuse pour déclarer ouverte l'heure de l'apéro. Il y a aussi mon derrière qui voulait une pause du banc de vélo. Plus loin sur le quai, près des voiliers, une compagnie de danse contemporaine présente son art au public. Je parcours quelques boutiques et achète une carte postale et un timbre. Le soleil entame sa descente. 

Voyages-Traditours-Circuits-Canada-Vancouver-Granville

Mon vélo me mène plus loin au parc Stanley. En quelques kilomètres, je suis passé du centre-ville à une forêt de pins rouges. Des oies sauvages m'accueillent à la lisière d’un lac. Je traverse une roseraie contenant 3 500 fleurs pourpres, roses, jaunes, orange, mauves et rose saumoné. J’en profite pour respirer au passage l’enivrant parfum des clématites et des rosiers grimpants. Puis je croise le principal aquarium de la province, des champs, des jeux de toutes sortes et une piscine. Pas étonnant que le parc Stanley soit plus grand que le Central Park de New York. Les arbres centenaires sont si gros et si droits qu’on dirait des piliers. Une forêt de poteaux immenses. Le vent dans mes cheveux me rappelle que je devrais regarder devant. À chaque coup de pédale, je m’engloutis de plus en plus dans la forêt.

Voyages-Traditours-Circuits-Canada-Vancouver-Parc-Stanley

Une fois le parc traversé, je rejoins la promenade du littoral qui borde l’océan Pacifique. Sur les plages de sable se prélassent quelques énormes troncs d’arbres, héritage de la drave. Je n’arrive pas à croire que quelques coups de pédales ont suffi pour passer des gratte-ciels à l’océan. Les bancs publics qui longent la plage arborent chacun une plaque commémorative. Celui sur lequel je m'assois porte une belle pensée pour cette dame qui n’est plus : « Certains cherchent toutes leurs vies des arcs-en-ciel. Elle a trouvé son bonheur dans la pluie ». Belle façon de commémorer un être cher. Cette pensée accompagne ma pause devant les eaux scintillantes. 

Réénergisé, j’attaque la pente qui mène à l’Université de la Colombie-Britannique. La superbe U.B.C. est perchée au sommet de falaises qui marquent la fin de la péninsule. J’aurais bien aimé étudier ici… Quoique, avec cette vue fantastique, j’aurais certainement passé plus de temps à regarder par les fenêtres qu’à écouter mon professeur.

Voyages-Traditours-Circuits-Canada-Vancouver-mer

Je laisse mon vélo derrière pour dévaler un escalier découpé à même la forêt. Ses marches sont faites de troncs d’arbres, de pierres et de racines. J’aboutis sur une immense plage, face au soleil qui se couche sur l’horizon. Wreck Beach dit la pancarte. Sur son sable se pavanent ici et là des hippies, des rock ‘n’roll, des reggaes, des motards, des intellectuels, des jeunes, des moins jeunes… Toutes les palettes de la nature humaine. De la musique, des danseurs, guitares, tam-tam, vendeurs de nourriture ou de bijoux sculptés, des écrivains, des couples… un univers au complet.

Je flotte dans l’absence totale de pression, de responsabilité et de plans. Un état apaisant que le bonheur accompagne tout naturellement comme une feuille qui tombe lentement mais sûrement vers le sol. Tous les gens autour de moi, un à un, progressivement et sans aucune presse, se dirigent vers la limite des vagues. Le sable devient orangé, les ombres sont de plus en plus longues, le soleil se couche. Ses reflets infinis teintent les vagues de feu. Lorsque la base du soleil effleure pour la première fois l’horizon, de légers applaudissements se font entendre. L’énergie qui se dégage de ce moment est palpable. J’avance moi aussi vers la mer. Plus le soleil descend et nous offre de nouvelles couleurs, plus l’euphorie gagne les spectateurs. Des cris se mêlent maintenant aux applaudissements. 

Voyages-Traditours-Circuits-Canada-Vancouver-coucher-soleil

Les derniers rayons du soleil provoquent une euphorie générale et spontanée. Je comprends maintenant pourquoi son coucher occupe la place centrale du drapeau de la Colombie-Britannique. À l’extrême ouest du pays, chaque soir le soleil qui descend sur l’océan fait du ciel la plus belle des toiles. Je profite de ce qui reste de lumière pour retrouver le centre-ville lumineux de Vancouver qui m’attend avec ses restaurants et ses bars animés. J’ai le sourire aux lèvres. Dans cette journée remplie de moments forts, j’ai l’impression que l’éternité s’est manifestée dans chaque instant.

 

                      Voir nos circuits Canada  <https://www.traditours.com/voyage-organise/voyage-canada>                                              Voir nos circuits Québec  <https://www.traditours.com/voyage-organise/voyage-voyage-organise-au-quebec>

 

Amérique, À propos d'une destination, Circuits

Sous le soleil de minuit du Yukon
Étonnante Côte-Nord !
Ugo Monticone

Écrit par Ugo Monticone

Écrivain et conférencier pour les Grands Explorateurs, Ugo Monticone a publié une dizaine de récits de voyage. Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec et finaliste au Grand prix littéraire Archambault, ses publications nous font voyager à travers ses rencontres et ses découvertes culturelles. Son dernier livre, Tracés de voyage (éditions XYZ), est en quelque sorte un « best of » de son parcours d’écrivain voyageur, et survole 20 ans de voyage en 20 chapitres sur 20 pays. Innovation littéraire, il s’agit du premier récit de voyage au monde à intégrer des animations de réalité augmentée.

Vous pourriez aimer...

Pont de bordeaux en France
6Min
Découverte /  Europe
L'équipe Traditours 11 janvier 2018

Europe : 10 villes éblouissantes à voir une fois dans sa vie

Le continent européen offre un large éventail de pays regorgeant de curiosités qui satisfait aussi bien les nouveaux voyageurs que les plus..

Voyages-circuits-Quebec-Traditours-Cote-Nord
5Min
Amérique /  À propos d'une destination /  Circuits
Marie-Eve Blanchard 7 avril 2021

Étonnante Côte-Nord !

Lorsque je pense à la Côte-Nord, il y a toujours ce même mot qui me vient à l’esprit : étonnement. Car c’est bel et bien une folle succession..

Voyages-circuits-Traditours-Canada-Yukon
5Min
Amérique /  À propos d'une destination /  Circuits
Marie-Julie Gagnon 7 avril 2021

Sous le soleil de minuit du Yukon

Entre lacs et forêt, la route semble conduire au bout du monde. Alors que les heures s’égrènent, entre Whitehorse et Dawson City, les points..